Samantha Watkins et moi

Je suis loin d’être une blogueuse littéraire et je dirai même que j’ai souvent du mal à retranscrire mes émotions et c’est pour ça que je me décide à écrire cet article à chaud ; je viens juste de finir le dernier tome d’une saga qui m’aura tenu en haleine pendant près de deux ans : Samantha Watkins ou les chroniques d’un quotidien extraordinaire.

J’ai découvert cette saga en septembre 2014 au hasard de mes errances sur Amazon à la recherche du prochain bouquin qui m’occupera dans les transports à défaut de me couper du monde comme certains peuvent le faire. Je l’avoue (honteusement) aujourd’hui j’ai téléchargé les trois premiers tomes illégalement sur une plateforme qui n’existe plus aujourd’hui croyant tenir là une saga complète. Je fus surprise en tout point !

Je suis une inconditionnelle des histoires d’amour et pourtant la quatrième de couverture du premier tome m’a assez convaincue pour que je me lance :

« Une nuit, alors qu’elle rentre chez elle, Samantha Watkins, jeune bibliothécaire au quotidien morne et insipide, va voir sa vie prendre un virage à 180 degrés de par sa rencontre avec un « ange »… Loin des gardiens du paradis, l’homme qui la choisit pour devenir son assistante et mettre sa vie en danger dans l’enquête sur les étranges disparitions de la région, est un vampire de cinq cents ans, dont la fonction principale est de veiller au maintien du secret de l’existence de son espèce. N’ayant d’autre choix que d’accepter, Samantha va découvrir un monde surnaturel tout aussi fascinant qu’effrayant…

Si vous avez aimé le romantisme de Twilight et l’humour décapant de Bridget Jones, venez découvrir cette saga qui vous entraînera dans les pas d’une jeune femme aussi maladroite que passionnée. »

Je l’avoue c’est la dernière phrase d’accroche qui m’a convaincue et je ne fus pas déçue.

Samantha est drôle, à un sale caractère et indubitablement fleur bleue. Je me suis attachée à ses sautes d’humeur, à sa gêne devenue légendaire au fil des tomes. J’ai admiré, haïs et eu envie de secouer Phoenix comme un prunier. Chaque personnage prend sa place et devient indispensable au fil des tomes.

Je crois que j’ai lu les trois premiers tomes en moins d’une semaine délaissant mon mari, mes autres activités, lisant en marchant quitte à me prendre des poteaux ou manquer de me faire renverser en traversant la rue. Je me suis laissée happer sans même m’en rendre compte voulant avoir la suite.

J’arrivais à la fin du troisième tome et ne voyait pas de dénouement se profiler mais au contraire me faire rester sur le cul avec un cliffangher de la mort sans savoir quand la suite apparaîtrait.

Facebook a été ma planche de salue. Une page tenue par la merveilleuse auteure de cette saga m’a permis de tenir pendant l’année qu’il m’a fallu attendre la suite. Là j’ai constaté que je n’étais pas la seule à attendre la suite avec impatience. Pour nous faire patienter Aurélie Venem, l’auteure donc, nous a lancé tout un tas de « défis » nous demandant quels acteurs nous verrions pour jouer nos personnages préférés si la saga devait être adaptée (j’en rêve).

Le quatrième tome se préparait petit à petit et puis finalement il était beaucoup trop important pour un seul volume alors nous aurions droit à deux parties. Je me suis dit « zut il va falloir encore attendre un paquet de temps » mais en fait non ! Aurélie a eu la gentillesse de publier les deux parties sur trois mois d’intervalle, Merci !

Le jour de la parution du quatrième tome j’ai supprimé les versions piratées de ma Kindle et ai acheté les trois premiers tomes de façon légale pour être sure de pouvoir conserver toute la saga même si j’étais amenée à changer de Kindle. Un jour je m’offrirai peut-être les versions papiers aussi et aurai l’audace de demander une dédicace à Aurélie Venem.

Mais revenons en à nos moutons. J’ai acheté le quatrième tome le 1er mars et j’ai donc entamé la relecture des trois premiers tomes et j’ai bien fait car il y avait certains éléments qui m’étaient sortis de l’esprit (Engara par exemple, mais qui ne souhaiterait pas l’oublier ?). J’ai lu le quatrième tome en une journée. Mon homme se contentant de m’approvisionner en café et en clopes, sachant pertinemment que ce n’était pas la peine de me proposer autre chose. Nous étions le 14 mars et il me fallait attendre le 1er juin pour la seconde partie… Mais qu’est-ce que deux mois et demi dans une vie ?

Le cinquième tome a donc été acheté lundi 1er juin à l’aube et seule ma grande fatigue m’a empêché de le terminer dans la journée.

Je viens de le finir. Je suis triste, heureuse, mélancolique… Je sais que je relirai cette saga avec joie comme je le fais pour Harry Potter, Eragon ou Twilight au moins une fois par an.

Je tiens à remercie Aurélie Venem pour l’écriture de cette saga, pour sa disponibilité vis-à-vis de ses lecteurs sur sa page. Je lui souhaite que les tomes pas encore traduit en anglais et allemand le soient vite car il semble que la demande soit grandissante outre-atlantique. et même si je n’aime pas Henri Cavill je tiens à dire que finalement il ferait un bon Phoenix mais je maintiens mon veto pour le choix pour Samantha !

Je ne sais pas si ce petit article convaincra mes rares followers à lire cette saga mais je vous assure qu’elle en vaut la peine et si mes autres lectures vous intéressent aussi vous pouvez toujours me suivre dans mon défi lecture en cliquant sur le défi Goodreads à droite 😉

Publicités

Le citron aime lires vos commentaires :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s