Un défi ou un écrit #32 – Parlons sensualité – un écrit

Bannière-copieJe dois avouée que je me suis torturée les méninges pendant deux trois jours à savoir quoi pondre, du vécu, du fantasme, de l’imaginaire… Je laisse donc le voile sur ce qu’il en est et vous laisse découvrir.

L’écrit de la semaine est :

Ecrit 32

Lire la suite

Publicités

53 billets en 2015 – Le dernier billet – bilan

10622858_1550345848546397_6293397957057665007_n

 
Nous voilà à la fin de l’année, le réveillon de la Saint sylvestre se profile à grands pas ainsi que la fin de ce défi.
Je sais que je n’ai pas été assidue au maximum et je le regrette mais j’espère faire mieux l’an prochain pour le nouveau défi proposé par Agoaye : Un défi ou un écrit.
 
J’ai donc publié 28 billets, en ce compris celui-là cette année ce qui fait un peu plus de la moitié, mais j’aurai pu faire mieux.

Lire la suite

53 billets en 2015 – Semaine 45 – Le top 5 de ce qui me fait me sentir vraiment bien

Inexorablement (je me rends compte que je l’utilise beaucoup ces dernierS temps ce mot…  A méditer !) on se rapproche de la fin de cette belle aventure du défi Agoaye, mais en attendant il reste encore 9 rendez-vous dont celui-ci. Je ne suis pas sure de participer à celui de la semaine prochaine car je ne suis pas du tout inspirée.

Cette semaine on va faire concis mais précis.
A la cinquième place : créer, imaginer, refaire à ma sauce, du craft, du crochet…


A la quatrième place : une aprem a coocooner avec un bon bouquin ou devant un film, du café, des clopes…


A la troisième place : une bonne bouffe à deux, en famille, entre potes…


A la seconde place : un orgasme, le sien, le mien, peu importe car ce moment est toujours partagé.


Et sur la plus haute marche du podium : un câlin, des bisous des enfants, de mon homme, de ma famille, peu importe, je suis tactile et j’aime donner et recevoir de ceux que j’aime.

53 articles en 2015 – Semaine 42 – Les mots que je préfère

Je suis une adoratrice de la lecture et de la langue française dans son ensemble. Certains mots associés à d’autres créent des sentiments, des émotions que le lecteur (ou l’assistance s’il s’agit de théâtre ou de conte) ne s’attendait à vivre.

Certains mots ont plus de poids que d’autres dans nos vies et ils sont souvent différents d’une personne à l’autre même si on en retrouve certains commun à tous, alors bien sure ceux-là seront surement traités en quantités sur les blogs qui participent au projet mais peut-on vraiment faire l’impasse sur Amour, Tolérance, Joie… ?
Moi je le ferai car même si je les trouve bien utiles et important, il en est d’autres qui résonnent en moi comme une pulsation supplémentaire de mon cœur.

Maman/Papa

Souvent les premiers mots que nous prononçons à l’aube de notre vie et que nous avons la chance (pour certains d’entre nous) de pouvoir dire pendant de longues années. 
Je ne vous rabâcherai pas ici tout ce que m’inspire mes parents comme j’ai pu le faire ici et ici mais vous parlerai au contraire de ce que cela provoque en moi quand c’est mon Crapouillou qui le dit.
La première fois, c’est horrible mais, je ne m’en rappelle pas. Mais je doute que ce fut une réussite car bon faut pas se leurrer papa c’est quand même plus simple à dire et nous les mamans on se fait arnaquer de quelques semaines où il n’y en a que pour papa même si c’est de nous que parle notre bébé.
Il faut aussi faire abstraction des « mamaaaaaaan » à 2h du mat’, des « maman, maman, maman, maman… » jusqu’à ce qu’on réponde alors qu’on est occupée, des « mamamamaman » sanglotant et tous leurs autres potes pas cool mais qui font partis de nous et ne garder que les maman soufflés dans le cou pendant un câlin, les « maman, encore un câlin » et surtout les « maman je t’aime ».
Tous ceux là je les garde, les enferme dans mon cœur et me les ressortirai quand j’aurai droit (dans 10 ans) aux « maman tu me soûles » ou « maman c’est bon là, lasse moi tranquille » !

Amitié

C’est un sentiment à mes yeux grandement galvaudé par les réseaux sociaux. Car on a beau avoir des centaines de followers, des likes à ne plus savoir qu’en faire, au fond l’amitié est celle qui se construit au quotidien, même virtuelle, l’amitié a besoin de se nourrir de hauts et de bas (comme l’Amour qui lui ressemble beaucoup), de sollicitude et de toutes ces petites choses qui du coup n’appartiendront qu’à vous.
Je fais une grande différence entre les amis et les copains. Les copains sont des connaissances réelles ou virtuelles qu’on apprécie énormément, dont on partage les opinions, les points de vue mais à qui on ne pense pas forcément dans nos actions du quotidien.
Les amis sont la familles qu’on se construit en dehors des liens du sang. Ce sont ceux auxquels on pense quotidiennement même si on a pas forcément le temps ou la possibilité de se voir/s’appeler très souvent.
Alors oui l’amitié ça va, ça vient au gré des études, du boulot et parfois des déménagements mais je pense être une amie sincère pour ceux qui sont les miens. Je n’oublie pas mon amie du collège qui vit des moments difficiles en ce moment même si nous nous sommes éloignées avec le temps. Ma meilleure amie est genre l’exacte opposée de moi dans tous les domaines que l’on puisse imaginer mais nous nous reconnaissons l’une en l’autre et je n’imagine pas ma vie sans elle. Mon meilleur ami partage depuis trois ans ma vie au quotidien même si pendant plus de dix ans nous ne nous sommes suivis que de loin en loin on a toujours été là l’un pour l’autre.
Je n’oublie pas mes amies virtuelles auxquelles je pense bien souvent quand je fais tel ou tel chose. J’aimerai tant vous rencontrer IRL et me faire une idée (concrète) du bien fondé de mon amitié à votre égard, car on le sait, derrière un écran, on est qui on veut.


Je pense que ces deux mots régissent ma vie de bien des façons et comme je ne veux pas tomber dans le pathos avec Amour je vais m’arrêter là. 

Mais je ne peux vous quitter sans vous offrir quelques Jacquounettes (expression rigolote inventée par ma sœur à propos des conneries que sort régulièrement le chéri de notre maman) :
  • Suspect (à lire en détachant les syllabes) c’est dégueulasse comme mot ;
  • Manger épicé, en même temps c’est dégueulasse ;
  • Concupiscent (à lire en détachant les syllabes) le mec devait être bourré quand il a créé ce mot…
Et nous avons un petit florilège concernant les joueurs de foot de 98, y en a surement des nouveaux mais comme je ne vis plus avec eux j’ai pas eu la mise à jour lol :
  • Dugarry au lait/de veau /coré…
  • Thuram, donc t’avance
  • Trézéguet luron ;
  • Ronaldo ré mi fa sol… 

Et vous mes petits zestes, quel est votre mot préféré ?

53 billets en 2015 – Semaine 41 – Dans 5 ans…

J’ai une propension à me projeter assez facile et surtout je le fais avec délectation ; genre que ferait-on si on gagnait au loto (on joue pas en fait), où en serions nous si on était ensemble depuis le lycée Monsieur6tron et moi… 
Bref je suis une rêveuse mais concrètement et en gardant les pieds sur terre si je devais poser mes objectifs à 5 ans voilà ce que ça donnerait :

Personnellement, dans 5 ans j’aimerai avoir donné la vie une nouvelle fois pour finaliser notre famille à Monsieur6tron et moi. Cela nous ferait une belle famille de 5 enfants et je pense que la boucle serait bouclée.


Dans 5 ans, j’espère que Monsieur6tron sera assis professionnellement et que je pourrai ainsi profiter de cet enfant en prenant un congés parental pour pouvoir enfin vivre ma vie de maman et pourquoi pas prolonger ensuite pas un 4/5ème en prenant mes mercredi.

Dans 5 ans, j’espère que nous aurons surmonté nos difficultés financières et que nous pourrons envisager de prendre (louer/acheter) enfin un appartement à la mesure de nos besoins (3 chambres minimum) pour qu’enfin les filles et les garçons aient chacun leur univers même si les différences d’âge feront qu’il sera difficile de contenter tout le monde.


Professionnellement, dans 5 ans j’espère donc que je serai en congés parental et/ou si je n’arrive pas à négocier mon 4/5ème à mon retour avoir changé de structure professionnelle car à l’heure actuelle je suis à la limite du « bore out » et j’aimerai retrouver un poste qui me stimule plus qu’à l’heure actuelle.

Peut-être que dans 5 ans j’aurai trouvé l’idée qui me permettra de m’épanouir professionnellement en vivant d’une de mes passions ou de pouvoir me permettre un mi-temps et d’y consacrer le reste de mon temps tout en profitant plus de mes enfants que ce que je peux le faire actuellement.


Pour tout le reste, j’espère que dans 5 ans nos deux grands (ils auront alors 17 et 15 ans) seront épanouis et heureux dans leur vie. Qu’ils pourront choisir leur avenir sereinement en s’orientant dans des études qui leur plairont. 
J’espère que les deux petits (qui auront alors 10 ans) qui seront à l’orée du secondaire seront toujours aussi contents de se rendre à l’école et qu’ils y auront trouvés des amis sincères et gentils.





53 billets en 2015 – Semaine 40 – Les vrais moments de détente

Se détendre comme un gimmick qu’on se passe en boucle quand on a une vie de maman qui travaille et qui doit gérer l’organisation quotidienne.
Alors forcément quand ça se présente je ne me détends pas je larve complètement.

Mais la vraie détente pour moi c’est d’avoir l’esprit occupée par tout un tas de projets, du crochet, du craft ou un bon bouquin à finir.
En ce moment je foisonne de projets, du crochet à finir pour Fouinette, des STD à finir pour la mariage et des tas de livres à lire alors je suis au top de la détente même si j’adorerai pouvoir faire ça toute la journée, il faut bien travailler.

Du coup je bloque moins et je fais tout le reste 🙂