Le jour où je vois Anne Sylvestre en concert (peut-être pour la dernière fois)

60 ans de carrière et 36 ans que j’entends sa voix inimitable me bercer par ses mots justes, ses sourires et sa gouaille. Anne Sylvestre trop peu connue mais appréciée à sa juste valeur par ceux qui l’écoutent.
Car oui avec Anne il ne suffit pas d’entendre. Chaque mot est pesé, posé avec intelligence et il faut « l’écouter avec le coeur » comme elle le dit si bien.

Certains d’entre vous ne connaissent rien d’elle, d’autres connaissent ses Fabulettes, chanson pour enfant, et ceux qui comme moi ont été bercé par sa douce voix car leur maman l’adore.

Je l’ai vu trois fois en concert, à chaque fois avec maman et à chaque fois l’emotion m’étreint. 
La première fois y a 10 ans au Trianon, Sansévérino était devant nous au quatrième rang et son rire communicatif était une joie à chaque bon mot d’Anne. Car même si elle fait la gueule, elle a de la répartie et un humour pince sans rire hillarant.  
Il y 5 ans je dirai, à la Cigale, sur le coté. Quelques trous de mémoires (déjà) et l’aide du public on fait de ce concert une soirée mémorable.  
Ce vendredi, 60 ans de carrière et 83 ans, le pas moins allerte et la mémoire qui flanche mais toujours cette émotion à l’écouter et un public en osmose et tout acquis à son talent.

Je l’ai connu sur des pochettes de 33 tours usées à force d’être manipulées, les cheveux long, guitare à la main et ce regard vert, pétillant et déterminé. Je l’ai « rencontré » au Trianon, le cheveux court et acajou, la guitare et pas que en moins mais toujours ce regard profond et cette envie de donner.

Anne boit beaucoup sur scène, de l’eau, mais maman me dit toujours que dans le temps c’était du vin et je trouve ça parfaitement en adéquation avec la personne. Bonne vivante, droite dans ses bottes chaussures plates et avec un regard curieux sur le monde, l’évolution de la société.

Anne est féministe et ne s’en cache pas. Anne est gay friendly et assume ! Anne milite, se fache et mélange tout ça pour en faire de merveilleuses chansons.

Je fu bercé par Lazare et Cécile, j’ai pleuré en l’entendant en live au Trianon. J’ai frissonné de me retrouver dans les Rescapés des Fabulettes. Je m’émeut chaque fois que j’entends sa voix et écoute ses textes. 

J’espère qu’il y aura une prochaine fois… un dernier instant de grâce et d’émotion, ma main dans celle de maman, en communion pour cette artiste trop peu connue et reconnue.

Publicités

Le jour où je fais ma liste au Père Noël ;)



Dans 12 dimanche c’est Noël. Ma période préférée de l’année. Ca sent le sapin (dans le bon sens du terme), les gens sont plus enclins à aider les autres, c’est aussi mon anniversaire 6 jours avant, les décos de Noël, la bonne ripaille, les telefilms de Noël sur M6… bref j’adore les fêtes.

Malheureusement je pense que nous vivons Monsieur6tron et moi-même notre dernière année avec le gros barbu habillé de rouge… À 7 ans, nos petits sont sur la voie qui mène à la fin de cette magie intemporelle… Lire la suite

Et si… #4

Mon âge n’était pas un problème ! 

Bien que je sois très heureuse et que je me foute royalement de ce qu’on peut penser de moi… je fais une légère fixette sur mon âge…

À l’aune de mes 36 ans je me rends bien compte que la trentaine a toujours été un soucis pour moi !

J’ai adoré la vingtaine : la liberté de mes deux dernières années d’étude en apprentissage qui me donnait un (petit) revenu, les sorties jusque pas d’heure en étant fraiche pour aller bosser le matin, les beuveries, les rires, les nouvelles rencontres qui scellent l’amitié d’une vie, LA rencontre, le mariage et enfin mon tout, mon Crapaud peu avant mes 29 ans.

Le fait est, je le sais, que j’aurai encore plus mal vécu mon trentième anniversaire, si je n’avais pas été maman. Pourtant toute l’année 2012 j’ai dis que j’avais 29 ans alors que j’avais bel et bien 30 ans… j’ai commencé à « assumer » quand j’ai eu 31 ans.

Entre temps, j’avais fait ma crise de la trentaine : quitter MonsieurEx et commencé une nouvelle vie avec Monsieur6tron avec tous les obstacles que ça engendrait, changer de taf… J’étais une nouvelle moi, plus forte, plus déterminée, je pensais en avoir fini avec le ridicule de ne pas assumer mes 30 ans !
Quelques mois plus tard, la coiffeuse me fait remarquer que je commence à avoir des cheveux blanc 😱😱😱😱😱😱😱😱😱 
Ma mère a mis plus de 30 ans à assumer ses cheveux blanc en se teintant les cheveux régulièrement et maintenant qu’elle assumait son plus sel que poivre en ne teintant que sa mèche voilà que MOI j’avais des cheveux blanc… NO WAY 

La trentaine ça craint un max ! Cheveux blanc, de plus en plus de temps à te remettre d’une soirée où tu as bu trois verres de vin là où te torchais une bouteille de vodka 10 ans plus tôt, ton gosse que as envie de jeter par la fenêtre te réveille avec force cris à 7:00 tous les jours même le dimanche (même si ça va mieux depuis deux ans environ)…

Tous les gens autour de moi me disent que je suis jeune, que j’ai le temps de me remettre financièrement avant de faire un enfant, que j’ai la vie devant moi, etc… 
Mais moi ce que je vois c’est que si j’attends encore mon hypothétique futur enfant sera pas sorti des études quand je serai à la retraite, serai-je capable de le suivre dans ses jeux, ses envies, son langage… 
Des milliers de femmes ont des enfants après 40 ans sans que ça pause problème mais moi je n’y arrive pas. Dans mon monde idéal mon second serait déjà en maternelle mais il n’est pas là et plus j’avance dans la trentaine, plus je prends en considération notre famille recomposée, ma santé, mon sommeil, plus je me résigne à faire le deuil de cette seconde grossesse.

La trentaine c’est bien aussi : je me suis accomplie en tant que femme, j’ai réussi à quitter un job où je n’étais pas appréciée à ma juste valeur, je m’accompli dans mon rôle de maman, j’assume mes idées et mes positions quitte à me fâcher. Je me suis assagie, un peu, même si je reste volcanique.
Je reprends ma vie, financièrement et sportivement, en main. J’adore les résolutions que j’ai prise pour cette rentrée 2017 et que tout soit encore bien en place dans mon esprit, toujours déterminée… la sagesse de mon grand âge (lol).

Je n’appréhende pas mes 40 ans (dans 4 ans) et pourtant je ne peux me défaire de cette idée que la trentaine, tout en m’apportant beaucoup de choses positives, me mine. Peut-être que je vis trop dans les souvenirs de cette vingtaine dorée et pleine de lustre ! 

Et si tout simplement au lieu de m’accrocher à ce chiffre sans conséquence je me concentrais sur tout l’amour que je reçois au quotidien et le bonheur de vivre mon « teenage dream » avec l’homme de ma vie… En suis-je vraiment capable ?

Le jour où on a adopté un chat

Ma Choupie nous a quitté en une semaine il y a maintenant 3 ans, ma peine avait « provoqué » l’ouverture du blog ; sur une autre plateforme à l’époque. 

Presque 10 ans ensemble et je l’avais eu toute bébé à peine sevrée. Sa mort m’a beaucoup affectée et malgré les demandes répétées de Monsieur6tron j’ai refusé de reprendre un chat tout de suite.

Mais en début d’année mes résolutions ont faibli ! Lire la suite

Le jour où j’ai découvert que ma ville était pas si nulle !

Ne vous méprenez pas j’aime ma ville et mon quartier qui vient juste de sortir de terre mais comme on est loin du centre ville c’est aussi un peu un no man’s land en terme de service, pas de pharmacie (mais deux bars), pas de médecin, un Franprix où mieux vaut que tu n’ais besoin de rien si tu veux pas être déçu.

A coté de ça la boulangerie est top, et que ce soit la crèche ou le groupe scolaire on est bien loti avec des équipes efficaces et les espaces verts sont bien entretenus.

Après comme toute ville on est pas si loin que ça des quais donc beaucoup de pollution et puis dès les beaux jours le parc est envahie le midi par les gens des bureaux des alentours et les poubelles débordent, quand les déchets ne sont pas tout simplement laissés sur l’herbe ou les bancs… Comme dirait Crapaud  » les gens sont vraiment sales ».

De mon coté, j’essaie de faire du mieux que je peux à ma mesure, je trie mes déchets, je ne jette jamais rien par terre, je fais ma lessive moi-même, je n’utilise plus d’assouplissant, je finis au fur et à mesure mes produits du commerce et les remplace par du fait maison. Cette année c’est décidé on va faire quelques plantations sur les balcons et on verra bien ce que ça donne 😉  Lire la suite