Le jour où tu fais la randonnée des trois chateaux

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux n’ont pas perdu une miette de la journée du dimanche 8 avril dernier, pour les autres voilà un résumé de ma journée. Mon défi, un dépassement de soi…Quand je fais de la marche rapide je publie toujours ma séance sur les réseaux sociaux. De là, en janvier ou février dernier, je me fais interpeler par un proche sur une grosse rando qui se déroule chaque année en Seine-et-Marne. Forte de mes souvenirs des supers journées et weekend de rando que je faisais avec maman et oublieuse que j’ai 25 ans et 40 bons kilos de plus je dis banco je vais le faire. Comme je suis un peu zinzin je ne choisis pas la facilité en prenant les parcours les plus courts, je ne suis pas assez dingue et quand meme consciente de mon absence d’entrainement pour choisir la rando de 43 km ; ce sera donc la rando de 26 km en boucle au départ de la Chapelle-Gautier.

J’avoue que j’ai attendu le plus possible pour être sure de ne pas faire la rando sous la pluie et je me suis décidée le lundi précédent pour m’organiser pour dormir la veille dans ma famille. J’ai été super gâtée la veille en étant accueillie comme une princesse, j’ai super bien mangé (une paella) et j’ai eu la meilleure salade de patate du monde préparée pour le jour J (merci Sylvie et Patrice).

Le jour J je suis réveillée assez tôt par la pluie qui fouette le Velux au dessus de ma tête, autant dire que si ce bruit m’a toujours apaisé par le passé là je suis pas vraiment ravie. Je me rendors tant bien que mal jusqu’à ce que le réveil sonne et alors je me prépare. Un bon petit dej et quelques kilomètres plus tard me voilà rendue sur place. Je récupère mon bracelet vert comme tous les autres participants et j’entends de ci de là que le parcours est super boueux rapport à la météo des semaines précédentes, autant dire que je m’attendais pas à faire un mud day mais j’en étais pas loin.

À 8:30 au départ il y avait une légère brume due à l’humidité ambiante. On est partie en paquet mais très vite les choses se sont corcées avec la boue présente dès les premiers mètres et il y a eu éclaircissement des rangs. Dès le départ il a fallu lutter avec cette boue qui rendait l’avancée hasardeuse et glissante. Il fallait aussi zigzaguer entre les gens en groupe qui marchaient plus doucement en papotant comme s’ils étaient juste en train de promener leur chien.

Au premier ravitaillement aux 10 km j’étais bien. J’avais trouvé mon deuxième souffle mais je ne nie pas que les deux verres de jus que je me suis enfilée n’ont pas été un pur bonheur. J’aurai pu/dû prendre le temps de visiter la Collégiale de Champeau mais je savais que si je cassais mon rythme j’aurai du mal à repartir. Un peu plus loin j’ai croisé une reproduction de la collégiale en version hôtel à insectes et j’ai trouvé ça génial.

Le ravitaillement suivant est arrivé trop rapidement et n’a pas eu le même coté salvateur d’autant que c’était au Chateau de Blondy d’où partaient beaucoup de parcours du coup y avait beaucoup trop de monde et je n’ai là non plus pas pris le temps de m’arrêter pour visiter ; de toute façon j’aime pas la foule.

À partir de là les randonneurs de la boucle du Val d’Ancoeur se sont beaucoup clairsemés et le coté introspection au milieu de la nature a été encore plus fort. Assez régulièrement des bénévoles marquaient l’itinéraire pour ne pas qu’on s’égare sur certaines intersections. J’ai même réussi à gratter du café à l’une d’elle et c’était plutôt super sympa de sa part .

Plus je me rapprochais des 20 km et plus c’était dur mais je n’étais pas préparée pour les 6 derniers qui ont été un vrai calvaire, un combat contre moi-même, une lutte de chaque instant contre la boue. Mon leitmotiv « tu as pas fait tout ça pour renoncer maintenant« .

Sur les derniers kilomètres je n’appréciait plus cette forêt, le chant des oiseaux… Chaque pas était une torture car j’étais à bout de force et la boue rendait l’exercice encore plus difficile. J’en étais à rêver de bitume. Pourtant ces derniers kilomètres sous cette voute feuillue aurait pu être une vrai délice si je n’avais pas eu l’impression de transporter 4 kilos de boue à chaque pied ! D’ailleurs je n’ai fait aucune photo sur cette partie du parcours et pourtant c’était beau. Je me suis plus arrêtée sur les 5 derniers kilomètre que sur tout le reste du parcours.

Et encore là elles sont propres

Quand au dernier virage, dans le village de la Chapelle Gautier, les bénévoles m’ont dit aller courage dans 500 m c’est bon. J’ai décidé de me filmer parce qu’il fallait que j’immortalise ce moment. Je n’ai pas honte d’avoir été au bord des larmes car j’étais à bout physiquement mais c’était aussi des larmes de joie d’avoir terminé sans baisser les bras.

Si c’était à refaire ?

  • Je le referai tout pareil mais cette fois en emportant plus d’eau et un tumbler de café ;
  • De nouveau sans mes écouteurs car j’ai ainsi au long du parcours échangé avec des gens, comme ces deux gentils messieurs qui, sur un chant militaire bien scandé, m’ont boosté pour monter une cote que je pensais infranchissable ;
  • Je prendrai le temps de faire plus de photos car mine de rien j’en ai pas tant que ça et je le regrette ;
  • Je m’équiperai mieux (c’est en cours).

L’an prochain je le ferai en compagnie de ma marraine et j’ai déjà hâte d’y être, cette fois je prendrai plus le temps de visiter et profiter des animations.

En tout cas à l’arrivée, le stand Decathlon a été mon salue en me permettant de m’allonger quasi une demie heure sur un super lit de camp hyper confortable, à l’abri du soleil, la jeune fille m’a donné une barre et une boisson énergétiques qui m’ont fait un bien fou et m’ont permis de me trainer jusqu’aux tables mises à disposition pour enfin prendre le temps de manger ma super salade de pomme de terre pour me requinquer avant de prendre la route pour rentrer et prendre un bain bien mérité.

Depuis je suis à la recherche de nouveaux défis à accomplir pour me prouver que j’en suis capable et repousser mes limites, si vous avez des suggestions je suis preneuse.

Publicités

A propos Marionle6tron

J'aime la vie, ma famille (très recomposée), mes amis, le crochet et faire plein de choses avec mes mains des idées trouvées en surfant sur le net :)
Cet article a été publié dans Citron vit, Défis du citron. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Le citron aime lires vos commentaires :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.